Le Rajasthan, Delhi, Agra

Publié le par Alex

Un peu (beaucoup) en retard, un dernier billet pour faire le récit de la dernière vingtaine de jours passés en Inde : notre projet de fin de semestre à l'IIT s'étant achevé plus tôt que prévu, nous en avons profité pour effectuer les circuits les plus touristiques d'Inde, à savoir : le triangle d'or (Delhi - Agra - Jaipur) + un tour du Rajasthan.

Ce billet sera surtout constitué d'images étant donné l'important volume de photos récolté à cette occasion :) (je remercie au passage Tristan et Antoine pour leurs photos).

On commence par Delhi (territoire composé essentiellement de New Delhi et Old Delhi, la vieille ville) avec la visite de quelques monuments.

Tout d'abord le Jama Masjid, plus grande mosquée d'Inde, construite au 17ème siècle sous le règne des empereurs moghols :


Une vue de la vieille ville du haut d'un minaret :


La cour intérieure :


Et voici le fort rouge, lui aussi construit par un empereur moghol :



L'intérieur du fort, très vaste et rempli de bâtiments où vivait l'empereur :



Le temple Laxminarayan, qu'on s'est contentés de voir de loin (après 5 mois à visiter des temples, on finit par se lasser un peu...). Bref, il s'agit d'un des des plus célèbres temples vishnouistes (une des principales branche de l'hindouisme, avec le shivaisme) :


L'arc de triomphe local, appelé India Gate (porte de l'Inde en VF), construit pour commémorer les morts indiens pendant la première guerre mondiale et les guerres afghanes :


Avec en bonus la flamme du soldat inconnu, qu'on ne voit à peu près pas du tout :


Le tombeau de Humayun, un empereur moghol (encore !), construit en 1570 :


(admirez au passage la météo, impossible de voir le soleil à cause d'un épais brouillard dû à la mousson)


On continue avec le Lotus Temple à l'architecture remarquable, temple de la religion baha'ie (elle n'est pas très connue en France mais compte quand même 7,5 millions d'"adhérents" dans le monde) :



Une fois cette journée bien remplie achevée, nous organisons (un peu à l'arrache) un voyage d'une dizaine de jours en voiture, qui doit nous mener à Agra, puis nous faire faire le tour du Rajasthan avant de revenir finalement à Delhi... Bref, nous partons le soir même à Agra, ce qui nous donne l'occasion de tester les autoroutes dans la région de Delhi : ça n'a rien à voir avec l'Assam ! Ici, on sent que des efforts ont été faits sur la qualité des routes, même si les gens roulent toujours n'importe comment...
Toujours est-il que nous arrivons assez tardivement dans un hôtel qui nous attend à Agra, tellement tardivement en fait que le restaurant de l'hôtel est fermé ! Nous voilà contraints de faire le tour d'Agra à 23h pour trouver un restau, ce qui s'avère beaucoup plus difficile que prévu. En fin de compte, la faim nous pousse à nous échouer dans un dabha assez moisi (je ne sais plus si j'en ai déjà parlé auparavant, mais un dhaba est une sorte de restaurant pas cher, fréquenté uniquement par des Indiens. Des fois la nourriture est bonne, mais le plus souvent le manque d'hygiène est plutôt affolant).
Après ce repas très basique nous allons nous coucher, il faudra se lever tôt demain pour voir le Taj Mahal...

Et en fin de compte le voici, ou plutôt voici le porche d'entrée (d'une taille respectable quand même) :


Une vue des jardins à l'entrée :


Et celui que l'on attend tous :




En gros flemmard que je suis je vais me contenter de copier/coller Wikipédia (ici) pour les détails historiques :

"Le Taj Mahal (en hindi ताज महल, en arabe تاج محل), qui signifie Palais de la Couronne est situé à Âgrâ, au bord de la rivière Yamunâ dans l'État de l'Uttar Pradesh en Inde. C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhampur. Suite à sa mort survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d'elle.

La construction commence en 1631. Cependant, il demeure une incertitude sur la date exacte de la fin des travaux. Le chroniqueur officiel de Shah Jahan, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l'entrée principale une inscription indique que la construction s'est achevée en 1648. L'État de l'Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l'édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venant d'Europe et d'Asie centrale. L'architecte principal fut Usad Ahmad de Lahore. Le 7 juillet 2007, le célèbre monument a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde."

Quelques vues supplémentaires :


La mosquée qui se trouve à côté :


La rivière juste derrière :



Autre grand monument d'Agra, quoique moins connu : le fort rouge, place miltaire puis lieu de résidence, construit par Akbar, le principal empereur Moghol.


Ce fort est plutôt immense (d'ailleurs une partie est encore occupée par l'armée) et contient pas mal de palais et de temples en tout genre. Ci-dessous le Jehangiri Mahal, le palais du fils d'Akbar :


Qulques prises de vue de l'intérieur du fort :





Voici le mausolée d'Itimâd-ud-Daulâ, surnommé le petit Taj :




Pour achever cette visite d'Agra, voici le mausolée d'Akbar le Grand, toujours dans un style architectural moghol (comme c'est étonnant) qui préfigure le Taj Mahal (tout comme le mausolée précédent d'ailleurs) :


Le lendemain, départ tôt dans la journée pour aller à Jaipur, capitale du Rajasthan. Malheureusement une révolte des Gujjars (basse caste) bloque la route Agra-Jaipur, notre chauffeur trouve donc d'autres véhicules pour former un convoi qui passe par des petites routes de campagne... Ça offre l'avantage d'avoir un premier aperçu de la campagne du Rajasthan :



Arrivée à Jaipur au bout de quelques heures, arrivée à Jaipur. Une première balade dans la ville nous laisse entrvoir quelques merveilles, dont le palais d'un mahardjah perdu au milieu d'un lac :


Une des principales attractions de Jaipur est le fort d'Amber. Amber était l'ancienne capitale de la principauté de Jaipur, la plus puissante de ce qu'on appelle aujourd'hui le Rajasthan. Le fort est bâti en conséquence : il est immense (et en cours de restauration) et ceint l'ancienne ville d'une vaste muraille, qu'on peut apercevoir sur la photo suivante (en haut de la colline) :


Photo prise depuis l'intérieur de la cour principale du fort :


Une démonstration de la finesse des décorations intérieures (à base de centaines de petits miroirs), datant de la fin du XVIème siècle :


Les photos peinent à rendre l'énorme taille de ce fort :



L'autre grand site touristique de Jaipur est le palais des vents, et surtout sa facade, derrière laquelle les femmes du harem se cachaient pour voir l'animation de la rue principale de Jaipur :


Une vue arrière :


Du haut du palais des vents on peut admirer une partie de la ville et ses teintes roses :


La ville suivante sur notre trajet est Pushkar, ville sacrée construite autour du lac Pushkar. Principale caractéristique : elle est entièrement végétalienne, et, jusqu'à peu, le cuir y était interdit. Elle acceuille aussi l'un des très rares temples dédiés à Brahma, premier dieu de la trinité hindoue (avec Vishnou et Shiva, qui eux possèdent pourtant des milliers de temples...). Bref, bien que très touristique la ville possède un certain charme :


Petite parenthèse sur la température qui règne dans ce coin : depuis notre arrivée dans le Rajasthan la température n'a fait qu'augmenter, au fur et à mesure que nous nous approchions du grand désert du Thar. À Pushkar, il devait faire pas loin de 40°, mais le point culminant sera atteint à Jaisalmer dont je parlerai plus tard... Ce climat explique aisément la présence de dromadaires partout dans le Rajasthan, qui remplacent le boeuf pour le transport de matériel. D'ailleurs, Pushkar acceuille chaque année en septembre une importante foire aux dromadaires.

Retour à la visite de la ville, avec une vue du lac entouré de dizaines de temples (la ville est un important lieu de pèlerinage) :


Au final, pas grand chose de plus à dire... Allez, une photo de rue supplémentaire :


Prochaine escale ? Jodhpur, surnommée la ville bleue. Elle possède elle aussi sa forteresse (Mehrangarh Fort), qui appartient (toujours) au maharadjah local :


Du haut de la forteresse on a une belle vue sur la ville qui, effectivement, est plutôt bleue :


À part ça, le fort a été particulièrement bien restauré et un audioguide fournit avec permet d'apprendre pas mal de choses...



Et une vue supplémentaire de la ville bleue :


Une fois la nuit tombée, nous avons pu manger en haut du fort (réservation indispensable !). Si la nourriture est discutable, la vue est par contre imprenable :


Direction ensuite Jaisalmer et le désert du Thar, qui fait une partie de la frontière entre l'Inde et le Pakistan. Mais d'abord, escale d'une journée à Khuri, village au milieu du désert, pour une balade à dos de dromadaire...





Nous passons aussi une nuit dans le désert, bien que le danger rôde... En effet, c'est la nuit que sort le dromadaire-zombie... :


Bref, toujours est-il que la nuit fût plus agréable que ce qu'on aurait pu croire, très silencieuse et pas trop de sable gênant. Mais le réveil à l'aube, c'est toujours un peu dur...


Direction ensuite Jaisalmer, cité au milieu du désert aux températures caniculaires (environ 45°...). En arrivant en voiture nous voyons sa forteresse surgir du désert :



La forteresse a la même couleur que le désert, et elle a connu des jours meilleurs... Néanmoins elle est plutôt bien conservée, et elle abrite toute la vieille ville. Ses rues étroites garantissent une certaine fraîcheur, d'autant plus qu'il y a pas mal de vent en hauteur.



La vieille ville compte pas mal de vaches, dont certaines sont assez facétieuses... On en surprend certaines à courir dans les rues (et manquer de se vautrer comme dans vidéo-gag), d'autres barrent certaines rues avec leurs cornes qui incitent au respect :



Pas loin de Jaisalmer se trouve un ensemble de cénotaphes dédiés à plusieurs anciens maharadjahs et des membres de leurs familles :


Départ ensuite pour Bikaner. Au programme : un vieux fort...



... une ferme de dromadaires...



...et surtout le Karni Mata, aussi appelé temple des rats, où des centaines de rats vivent en liberté et sont vénérés... Apercevoir un rat blanc porte chance. Si un rat vous marche sur le pied, c'est le bonus double chance ! (Je rappelle que, comme dans tous les temples hindoux, on doit enlever ses chaussures avant d'entrer...)



Et c'est sur cette note charmante que notre séjour dans le Rajasthan s'achève. Le lendemain, nous regagnons Delhi et en profitons pour visiter quelques monuments supplémentaires, dont le Qûtb Minâr, ancienne mosquée qui possède le plus haut minaret d'Inde ainsi qu'une mystérieuse barre de fer construite au IVème siècle par les métallurgistes indiens et qui a résisté à 1600 ans d'usure grâce à son exceptionnelle (et inexpliquée) pureté...



Et pour finir deux photos de New Delhi prises depuis un restaurant tournant situé en haut d'un gratte-ciel :


Commenter cet article