Le parc naturel de Manas

Publié le par Alex

Afin de rompre un peu avec la monotonie des dernières semaines, nous sommes partis visiter le parc national de Manas pendant 2 jours et une nuit ce week-end. Le parc (dont le nom vient d'un affluent du Brahmapoutre) est à la base prévu pour abriter des tigres, mais ces derniers se font (très) discrets et sont donc particulièrement difficiles à voir ; heureusement, le manque de tigres a été largement compensé par la présence des éléphants, paons et autres biches.

Bref, le départ se fait de l'IIT vers 9h (soit 3 quarts d'heures après l'heure prévue, c'est la ponctualité à l'indienne) à bord d'une Tata Sumo (Tata = principal constructeur de voitures indiennes). Durée prévue du voyage : environ 3h 1/2, mais c'était sans compter sur les pauses de notre chauffeur qui avaient tendance à s'éterniser...
C'est d'ailleurs au cours d'une de ces pauses qu'un nouveau passager arrive dans la jeep : une poule (vivante) destinée au repas du soir...

Le dernier tiers du voyage nous ammène dans la campagne profonde, où les routes sont tout sauf plates et les gens vivent comme au 19ème siècle en France :



Mention spéciale pour la traversée de la rivière sans pont :


Une fois arrivés au parc, la bureaucratie indienne prend le relais : (longue) vérification des passeports, passage par plusieurs bureaux, attente... Une fois l'autorisation d'entrer obtenue, nous nous enfonçons dans le parc (nous logeons dans des bungalows au milieu de la jungle) avec notre chauffeur.

On ne voit pas grand chose (la nuit s'approche), jusqu'à ce qu'on apercoive au loin un éléphant sur la route... Et là, c'est le drame ! Il s'avère que notre chauffeur a une peur bleue des éléphants (dommage pour lui), pour une raison qui restera mystérieuse jusqu'à la fin du voyage ; il faut dire qu'il est un peu difficile de faire la conversation à quelqu'un qui ne parle qu'Hindi...

Bref, le chauffeur s'arrête, ne sait pas trop quoi faire, tente une marche arrière hasardeuse dans le sentier boueux, puis fait carrément demi-tour jusqu'à ce que nous rencontrions des gardes forestiers ; ces derniers lui disent bien sûr qu'il n'y a rien à craindre à condition de ne pas embêter la grosse bête, et d'attendre qu'il soit parti. Nous repartons donc en direction du bengalow, et là nouvel arrêt : le chauffeur annonce avoir vu une trentaine d'éléphants au loin (alors qu'il fait quasiment nuit et que les alentours sont remplis d'arbres)... En ce qui nous concerne, aucun d'entre nous ne voit (ni n'entend) le moindre pachyderme : on ne saura jamais si cette vision était le fruit de son imagination (mais on le pense très fort) ou si notre chauffeur avait des dons extralucides.

Toujours est-il que le chauffeur refuse de reprendre la route, alors qu'il fait nuit noire et qu'un orage s'approche. Par chance, une moto arrive avec à son bord 2 bhoutanais qui rentrent dans leur pays (le parc s'étend aussi sur le Bhoutan), ce qui nous permet de convaincre notre conducteur pas très courageux de repartir, à condition d'être accompagné par la moto.

Arrivés au bengalow, nous avons la surprise de voir que nous sommes juste au bord de la rivière Manas qui nous sépare du Bhoutan pile en face (en fait, on ne voit pas très bien le paysage à cause de la nuit et de l'orage, mais voici une photo prise au matin :)


Après le repas, direction dodo pour un réveil le lendemain à 5h pour la balade à dos d'éléphant. En retraversant le parc pour revenir à l'entrée, nous apercevons quelques animaux dans la brousse :



Comme diraient certains, le but du jeu : trouver Charlie

Et voici les fameux éléphants, dont le dos n'est d'ailleurs pas spécialement confortable :


Une fois la balade terminée, nous prenons un petit-déjeuner assez simple dans une habitation du village voisin (comme les autres "maisons", c'est une sorte de hutte essentiellement faite en bambous).


Comme je l'ai dit plus haut, le parc est à cheval sur l'Inde et le Bhoutan ; les frontières n'étant pas surveillées, nous en profitons donc pour faire une petite escapade au Bhoutan (en toute illégalité puisque nous n'avons pas de visa :D ), de quelques centaines de mètres seulement :



 Et c'est déjà la fin du séjour... On déjeune rapidement avant de reprendre la route vers Guwahati (il reste encore du poulet de la veille), ci-dessous quelques photos du retour :




Commenter cet article

Christel 20/04/2008 11:16

c'est un blog super Alex, félicitations. Et la suite? J'attends des nouvelles des vacances de l'ensemble de la famille....
Pour combien de temps encore en Inde?
bises ++ de nouvelle-Calédonie

leparachute 05/04/2008 16:28

Hey, ca va ? Je suis un peu en retard sur ce message mais les histoires sont toujours aussi sympa à lire :) C'est fun un chauffeur du coin qui à peur des éléphants :p Ca ferait comme un français qui aurait peur d'un chien et ferait demi-tour :p

Bonne journée ++ ;)

tatate et tonton de st-sébastien... 01/04/2008 22:52

En tant qu'abonnés fidèles à ta newsletter, nous tenons à te féliciter pour ton blog. Photos superbes et texte hyper bien écrit avec beaucoup d'humour. Merci de nous émerveiller et de nous faire partager ton voyage. A bientôt, Anne.

Arielle 01/04/2008 19:52

Wuuaa... C'est beau (-: Tu prends des jolies photo Alex ^^

Et un éléphant c'est confortable ? Tu crois que jpourrais en monter un ;D ? Parce que j'en ai très envie... (:

Alex 02/04/2008 13:39


C'est pas le véhicule le plus confortable que je connaisse (surtout dans les montées), mais pour 1h30 c'est supportable. Par contre on a un peu mal aux cuisses à la fin...


fdoumerc 01/04/2008 09:41

Qui a tue la poule?

Alex 01/04/2008 15:26


Je n'ai pas vu, je suppose que c'est le chauffeur ou un des types qui étaient déjà là... En tout cas c'est pas moi !