Guwahati city

Publié le par Alex

Cet après-midi nous sommes allés à Guwahati (en bus), pour  acheter des billets de train pour Darjeeling. Ca me fait donc une bonne occasion de parler un peu de la ville de Guwahati, ou du moins de ce que j'en ai vu ; désolé du manque de photos, mais je vais attendre une prochaine sortie en ville pour me rattraper :)

Parlons rapidement du bus : en fait, il n'y a pas grand chose à dire. Un bus spécial fait le tour du campus, puis nous ammène droit à Guwahati, dans le quartier de Panbazar (quartier marchand). Durée du trajet : environ 45 minutes. Le trajet n'est pas trop inconfortable, vu que le bus, bien que bien rempli, n'est jamais vraiment bondé ; on a donc généralement une place assise (mais qu'est-ce qu'on est serré !).

La conduite est égale à elle-même : toute en klaxons et dépassements intempestifs, mais on commence à s'habituer...
Photo-025-copie-1.jpg 
Comme je l'ai dit, la route est assez longue ; pendant une bonne partie du trajet, on peut voir des petites boutiques le long de la route, qui vendent de tout et n'importe quoi. Ceci dit, ça ne respire pas le luxe...

C'est d'ailleurs ce qu'on se dit une fois arrivés à Guwahati. C'est lorsqu'on marche dans la rue qu'on sent vraiment le choc culturel : bruit, pollution, foule, odeurs... Tous les sens sont stimulés par cette sortie.
La première chose à laquelle on apprend à faire attention, c'est les trottoirs. En fait, il s'agit de blocs de bétons posés par-dessus ce qui me semble être des égouts : non seulement ce n'est pas toujours uniforme (on a parfois l'impression que les blocs ont étés jetés plus que posés), mais surtout il y a des trous dans certains blocs (voire des blocs manquants) ! Donc si on ne regarde pas où on marche, on a vite fait de passer la jambe à travers le trottoir (ce qui serait quand même dommage).

Bien sûr, on pourrait ne pas marcher sur le trottoir. On pourrait... Mais on évite. D'abord à cause de la circulation, qui oblige le non-habitué à avoir des yeux tout autour de la tête ; et aussi parce que le caniveau est rempli de "choses" pas toujours identifiables...

J'ai aussi appris que quand on va en ville, il est préférable d'avoir avec soi un indien pour guider, et surtout pour aider à traverser. Ca a l'air bête comme ça, mais traverser une rue de Guwahati (ou de n'importe quelle autre ville indienne) quand on n'est pas habitué, ça relève de l'exploit suicidaire... Plein de véhicules arrivent dans tous les sens, de toutes les tailles et de tous les poids, généralement assez rapidement. Il y a bien des agents pour régler la circulation, mais ils servent plus à la décoration qu'à autre chose.

En fin de compte, on s'apercoit assez rapidement que se balader en ville, c'est un défi de chaque instant : heureusement que les gens sont plutôt sympas (enfin... pas systématiquement) et qu'on trouve plein de boutiques pour acheter ce tout qu'on veut, à prix modique !

Photo-030.jpg

Commenter cet article

Arielle 31/01/2008 20:10

Mmmmm la vie la bas est plutôt différente de la notre de prime abord ... Mais bon en 5 mois à peu près tu vas t'habituer :D & tu nous serviras de guide quand on ira te voir (: wouah je ressens une telle joie ( lointaine certes ) de ta part quand je dis ca ... (:
A pris modique, dis-tu mmmm c'est interressant, très interressant, faudrait que tu me donne des prix aproximatif afin de prévoir tout ca (:
Sur ce ciiao, on ne t'oublie pas ^^