Mardi 23 septembre 2 23 /09 /Sep 18:40
Un peu (beaucoup) en retard, un dernier billet pour faire le récit de la dernière vingtaine de jours passés en Inde : notre projet de fin de semestre à l'IIT s'étant achevé plus tôt que prévu, nous en avons profité pour effectuer les circuits les plus touristiques d'Inde, à savoir : le triangle d'or (Delhi - Agra - Jaipur) + un tour du Rajasthan.

Ce billet sera surtout constitué d'images étant donné l'important volume de photos récolté à cette occasion :) (je remercie au passage Tristan et Antoine pour leurs photos).

On commence par Delhi (territoire composé essentiellement de New Delhi et Old Delhi, la vieille ville) avec la visite de quelques monuments.

Tout d'abord le Jama Masjid, plus grande mosquée d'Inde, construite au 17ème siècle sous le règne des empereurs moghols :


Une vue de la vieille ville du haut d'un minaret :


La cour intérieure :


Et voici le fort rouge, lui aussi construit par un empereur moghol :



L'intérieur du fort, très vaste et rempli de bâtiments où vivait l'empereur :



Le temple Laxminarayan, qu'on s'est contentés de voir de loin (après 5 mois à visiter des temples, on finit par se lasser un peu...). Bref, il s'agit d'un des des plus célèbres temples vishnouistes (une des principales branche de l'hindouisme, avec le shivaisme) :


L'arc de triomphe local, appelé India Gate (porte de l'Inde en VF), construit pour commémorer les morts indiens pendant la première guerre mondiale et les guerres afghanes :


Avec en bonus la flamme du soldat inconnu, qu'on ne voit à peu près pas du tout :


Le tombeau de Humayun, un empereur moghol (encore !), construit en 1570 :


(admirez au passage la météo, impossible de voir le soleil à cause d'un épais brouillard dû à la mousson)


On continue avec le Lotus Temple à l'architecture remarquable, temple de la religion baha'ie (elle n'est pas très connue en France mais compte quand même 7,5 millions d'"adhérents" dans le monde) :



Une fois cette journée bien remplie achevée, nous organisons (un peu à l'arrache) un voyage d'une dizaine de jours en voiture, qui doit nous mener à Agra, puis nous faire faire le tour du Rajasthan avant de revenir finalement à Delhi... Bref, nous partons le soir même à Agra, ce qui nous donne l'occasion de tester les autoroutes dans la région de Delhi : ça n'a rien à voir avec l'Assam ! Ici, on sent que des efforts ont été faits sur la qualité des routes, même si les gens roulent toujours n'importe comment...
Toujours est-il que nous arrivons assez tardivement dans un hôtel qui nous attend à Agra, tellement tardivement en fait que le restaurant de l'hôtel est fermé ! Nous voilà contraints de faire le tour d'Agra à 23h pour trouver un restau, ce qui s'avère beaucoup plus difficile que prévu. En fin de compte, la faim nous pousse à nous échouer dans un dabha assez moisi (je ne sais plus si j'en ai déjà parlé auparavant, mais un dhaba est une sorte de restaurant pas cher, fréquenté uniquement par des Indiens. Des fois la nourriture est bonne, mais le plus souvent le manque d'hygiène est plutôt affolant).
Après ce repas très basique nous allons nous coucher, il faudra se lever tôt demain pour voir le Taj Mahal...

Et en fin de compte le voici, ou plutôt voici le porche d'entrée (d'une taille respectable quand même) :


Une vue des jardins à l'entrée :


Et celui que l'on attend tous :




En gros flemmard que je suis je vais me contenter de copier/coller Wikipédia (ici) pour les détails historiques :

"Le Taj Mahal (en hindi ताज महल, en arabe تاج محل), qui signifie Palais de la Couronne est situé à Âgrâ, au bord de la rivière Yamunâ dans l'État de l'Uttar Pradesh en Inde. C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhampur. Suite à sa mort survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d'elle.

La construction commence en 1631. Cependant, il demeure une incertitude sur la date exacte de la fin des travaux. Le chroniqueur officiel de Shah Jahan, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l'entrée principale une inscription indique que la construction s'est achevée en 1648. L'État de l'Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l'édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venant d'Europe et d'Asie centrale. L'architecte principal fut Usad Ahmad de Lahore. Le 7 juillet 2007, le célèbre monument a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde."

Quelques vues supplémentaires :


La mosquée qui se trouve à côté :


La rivière juste derrière :



Autre grand monument d'Agra, quoique moins connu : le fort rouge, place miltaire puis lieu de résidence, construit par Akbar, le principal empereur Moghol.


Ce fort est plutôt immense (d'ailleurs une partie est encore occupée par l'armée) et contient pas mal de palais et de temples en tout genre. Ci-dessous le Jehangiri Mahal, le palais du fils d'Akbar :


Qulques prises de vue de l'intérieur du fort :





Voici le mausolée d'Itimâd-ud-Daulâ, surnommé le petit Taj :




Pour achever cette visite d'Agra, voici le mausolée d'Akbar le Grand, toujours dans un style architectural moghol (comme c'est étonnant) qui préfigure le Taj Mahal (tout comme le mausolée précédent d'ailleurs) :


Le lendemain, départ tôt dans la journée pour aller à Jaipur, capitale du Rajasthan. Malheureusement une révolte des Gujjars (basse caste) bloque la route Agra-Jaipur, notre chauffeur trouve donc d'autres véhicules pour former un convoi qui passe par des petites routes de campagne... Ça offre l'avantage d'avoir un premier aperçu de la campagne du Rajasthan :



Arrivée à Jaipur au bout de quelques heures, arrivée à Jaipur. Une première balade dans la ville nous laisse entrvoir quelques merveilles, dont le palais d'un mahardjah perdu au milieu d'un lac :


Une des principales attractions de Jaipur est le fort d'Amber. Amber était l'ancienne capitale de la principauté de Jaipur, la plus puissante de ce qu'on appelle aujourd'hui le Rajasthan. Le fort est bâti en conséquence : il est immense (et en cours de restauration) et ceint l'ancienne ville d'une vaste muraille, qu'on peut apercevoir sur la photo suivante (en haut de la colline) :


Photo prise depuis l'intérieur de la cour principale du fort :


Une démonstration de la finesse des décorations intérieures (à base de centaines de petits miroirs), datant de la fin du XVIème siècle :


Les photos peinent à rendre l'énorme taille de ce fort :



L'autre grand site touristique de Jaipur est le palais des vents, et surtout sa facade, derrière laquelle les femmes du harem se cachaient pour voir l'animation de la rue principale de Jaipur :


Une vue arrière :


Du haut du palais des vents on peut admirer une partie de la ville et ses teintes roses :


La ville suivante sur notre trajet est Pushkar, ville sacrée construite autour du lac Pushkar. Principale caractéristique : elle est entièrement végétalienne, et, jusqu'à peu, le cuir y était interdit. Elle acceuille aussi l'un des très rares temples dédiés à Brahma, premier dieu de la trinité hindoue (avec Vishnou et Shiva, qui eux possèdent pourtant des milliers de temples...). Bref, bien que très touristique la ville possède un certain charme :


Petite parenthèse sur la température qui règne dans ce coin : depuis notre arrivée dans le Rajasthan la température n'a fait qu'augmenter, au fur et à mesure que nous nous approchions du grand désert du Thar. À Pushkar, il devait faire pas loin de 40°, mais le point culminant sera atteint à Jaisalmer dont je parlerai plus tard... Ce climat explique aisément la présence de dromadaires partout dans le Rajasthan, qui remplacent le boeuf pour le transport de matériel. D'ailleurs, Pushkar acceuille chaque année en septembre une importante foire aux dromadaires.

Retour à la visite de la ville, avec une vue du lac entouré de dizaines de temples (la ville est un important lieu de pèlerinage) :


Au final, pas grand chose de plus à dire... Allez, une photo de rue supplémentaire :


Prochaine escale ? Jodhpur, surnommée la ville bleue. Elle possède elle aussi sa forteresse (Mehrangarh Fort), qui appartient (toujours) au maharadjah local :


Du haut de la forteresse on a une belle vue sur la ville qui, effectivement, est plutôt bleue :


À part ça, le fort a été particulièrement bien restauré et un audioguide fournit avec permet d'apprendre pas mal de choses...



Et une vue supplémentaire de la ville bleue :


Une fois la nuit tombée, nous avons pu manger en haut du fort (réservation indispensable !). Si la nourriture est discutable, la vue est par contre imprenable :


Direction ensuite Jaisalmer et le désert du Thar, qui fait une partie de la frontière entre l'Inde et le Pakistan. Mais d'abord, escale d'une journée à Khuri, village au milieu du désert, pour une balade à dos de dromadaire...





Nous passons aussi une nuit dans le désert, bien que le danger rôde... En effet, c'est la nuit que sort le dromadaire-zombie... :


Bref, toujours est-il que la nuit fût plus agréable que ce qu'on aurait pu croire, très silencieuse et pas trop de sable gênant. Mais le réveil à l'aube, c'est toujours un peu dur...


Direction ensuite Jaisalmer, cité au milieu du désert aux températures caniculaires (environ 45°...). En arrivant en voiture nous voyons sa forteresse surgir du désert :



La forteresse a la même couleur que le désert, et elle a connu des jours meilleurs... Néanmoins elle est plutôt bien conservée, et elle abrite toute la vieille ville. Ses rues étroites garantissent une certaine fraîcheur, d'autant plus qu'il y a pas mal de vent en hauteur.



La vieille ville compte pas mal de vaches, dont certaines sont assez facétieuses... On en surprend certaines à courir dans les rues (et manquer de se vautrer comme dans vidéo-gag), d'autres barrent certaines rues avec leurs cornes qui incitent au respect :



Pas loin de Jaisalmer se trouve un ensemble de cénotaphes dédiés à plusieurs anciens maharadjahs et des membres de leurs familles :


Départ ensuite pour Bikaner. Au programme : un vieux fort...



... une ferme de dromadaires...



...et surtout le Karni Mata, aussi appelé temple des rats, où des centaines de rats vivent en liberté et sont vénérés... Apercevoir un rat blanc porte chance. Si un rat vous marche sur le pied, c'est le bonus double chance ! (Je rappelle que, comme dans tous les temples hindoux, on doit enlever ses chaussures avant d'entrer...)



Et c'est sur cette note charmante que notre séjour dans le Rajasthan s'achève. Le lendemain, nous regagnons Delhi et en profitons pour visiter quelques monuments supplémentaires, dont le Qûtb Minâr, ancienne mosquée qui possède le plus haut minaret d'Inde ainsi qu'une mystérieuse barre de fer construite au IVème siècle par les métallurgistes indiens et qui a résisté à 1600 ans d'usure grâce à son exceptionnelle (et inexpliquée) pureté...



Et pour finir deux photos de New Delhi prises depuis un restaurant tournant situé en haut d'un gratte-ciel :


Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 31 mai 6 31 /05 /Mai 10:23
Pour notre dernière journée sur Havelock nous avons finalement pu monter sur une barque pour aller à South Button Island, réputé pour ses paysages sous-marins. En l'absence d'appareils photos étanches (qui auraient pourtant pu prendre de magnifiques clichés), il faudra vous contenter de photos prises sur le trajet (4 bonnes heures aller-retour tout de même) :


South Button Island

Le site de plongée

Au programme : poissons colorés, coraux à perte de vue, eau diaphane... Le temps de trajet valait le coup !

Après cette dernière escapade, nous prenons le ferry pour rentrer sur l'île principale, à Port Blair. Le temps est pluvieux (et même orageux), malheureusement nous devons voyager sur le pont car nos billets ne nous donne pas accès aux places assises à l'intérieur (malgré que nous les ayons payés environ 10 fois plus cher que les indiens, en tant qu'étrangers...).

Bref, nous arrivons à destination en début de soirée et nous filons dans un hôtel conseillé par un chauffeur de rickshaw ; d'habitude ce n'est pas forcément une bonne idée de se faire conseiller par un indien en matière d'hôtel, mais il faut bien avouer que ce dernier était pourvu d'un excellent restaurant où nous avons pu déguster (entre autres) du dollarfish grillé et des crevettes géantes...


Pour notre dernier jour complet dans les îles, nous avions l'intention de faire le tour de Port Blair afin de visiter les diverses curiosités de cette ville, mais la pluie a mis un terme à nos ambitions : en fin de compte nous n'avons pu voir que la prison de Port Blair, célèbre en Inde pour avoir abrité de nombreux leaders de l'indépendance au cours de l'époque britannique.

Maquette de la prison : admirez l'architecture en pieuvre



La prison (qu'on appelle en anglais Cellular Jail) fut construite par les Anglais en 1906, mais les îles Andaman servirent de prison tout au long du XIXème siècle (c'est drôle cette manie qu'ont les Anglais de vouloir transformer les îles en prisons...). Elle était composée de 698 cellules individuelles, concues pour éviter que les prisonniers puissent communiquer ensemble.

Ce qui reste de la prison (4 ailes ont été détruites) abrite aujourd'hui un musée sur l'indépendance indienne ainsi que sur la vie de Netaji, dirigeant indépendantiste opposé à Gandhi qui fut emprisonné à Port Blair.

Voilà, cette visite clôture notre séjour dans ces îles méconnues bien que n'ayant rien à envier aux Maldives voisines.

Notre prochain voyage sera probablement le voyage de retour fin juin, en passant par Delhi, Jaipur et bien sûr Agra (qui abrite le Taj Mahal) avant de finir à Mumbai. D'ici là, नमस्ते !
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 22 mai 4 22 /05 /Mai 15:07
Suite de notre épopée dans les îles Andaman, peu connues et pourtant magnifiques : pour notre première journée complète sur Havelock nous avons décidé de louer des vélos afin d'aller sur la plage n°7 (à Havelock les plages sont numérotées de 1 à 7, en plus de leur vrai nom). Quelle erreur !
Il faut savoir qu'en Inde, les vélos, en plus d'avoir toujours l'air vieux et usés, n'ont pas de dérailleur et donc pas de vitesses... Alors autant dire que dans les montées, sous un soleil de plomb, on s'amuse bien.

Enfin bref, au moment d'arriver sur la plage n°7 c'est un vrai bonheur : après la grosse suée pour arriver là, l'eau faîche et l'ombre des cocotiers sont très bien acceuillis.




Quelques baignades et un repas au restaurant (à base de poisson bien sûr) plus tard, nous émigrons vers Elephant Beach, plage à laquelle on n'accède que par un chemin dans la jungle (aussi emprunté par les éléphants).


Après la balade dans la jungle (une demi heure quand même), nous avons la surprise de tomber sur une sorte de marécage désolé du style pas très touristique :


En fait, on apprendra plus tard que la mer remonte jusqu'ici à marée haute (créant ainsi une mangrove) ce qui évidemment n'est pas très bon pour la végétation...

Heureusement le jeu en valait la chandelle : la plage est plutôt jolie et surtout, le paysage sous-marin est magnifique. C'est une explosion de couleurs, avec toutes sortes de poissons et des coraux par dizaines...


Bref, cette journée fut plutôt sympathique.
Le lendemain était pas mal non plus, quoi que plus humide : nous sommes restés sur la plage 7 toute la journée pour faire du tuba à divers emplacements, malgré 2 averses tropicales le matin puis l'après-midi.
Les averses m'ont un peu rappelé la Bretagne, mis à part que la pluie était tiède et vraiment très violente... Décidément, il est impossible de garder ses vêtement secs dans ces îles !




La tempête s'approche...

Le lendemain on avait prévu une petite balade sur un bateau de pêcheur pour aller plonger au tuba dans un site réputé, mais il semble qu'il y ait eu un petit souci de compréhension avec le pêcheur : au final la séance de barbotage est repoussée au lendemain et nous décidons de retourner à Elephant Beach.

Malheureusement, le chemin vers la plage n'a pas été des plus agréable : à cause des pluies de la veille, la piste était complètement boueuse, du style boue bien collante et glissante jusqu'aux chevilles... Si on ajoute la température torride et le fait qu'il a fallu marcher pieds nus pour éviter de semer ses chaussures en route et ce, malgré les insectes divers et variés, je vous laisse imaginer la partie de plaisir... (pour ceux qui s'interrogent, aucune perte de pieds ou de blessure grave n'a été à déplorer, ce qui relève du miracle).
Bref, c'était pas le pied :)

Tout ça pour s'apercevoir que la marée était haute et donc que le marécage tristounet s'était transformé en mangrove parcourue par des crabes et des poissons :



Finalement nous parvenons à nous baigner puis à nous faire prendre en stop sur une barque pour revenir au port de Havelock (on a préféré éviter de subir l'épreuve de l'aller une nouvelle fois...).

La barque salvatrice
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 12 mai 1 12 /05 /Mai 17:52
Comme annoncé il y a une dizaine de jour, nous sommes partis prendre une semaine de repos dans les îles Andaman, en en profitant pour passer un après-midi à Kolkata (anciennement Calcutta).

Nous arrivons donc dimanche dans l'après-midi à Kolkata ; là, premier choc, il fait super chaud (beaucoup plus qu'à Guwahati en tout cas). Sachant qu'on a bien mis 2 heures pour trouver un taxi puis un hôtel, je vous laisse imaginer notre état de déssèchement une fois les bagages posés à l'hôtel...

Bref, étant un peu masochistes nous décidons d'aller nous balader dans Kolkata, l'objectif principal étant de visiter le Victoria Memorial (monument construit par les anglais qui sert aujourd'hui de musée sur l'histoire de l'Inde). Lors de notre promenade nous réalisons l'importance du passé britannique avec les nombreux bâtiments datant du début du XXème siècle :




Nous constatons aussi que Kolkata, fidèle à sa réputation, est pleine de mendiants et de camelots en tout genres : tous les prétextes sont bons pour nous extorquer quelques centaines de roupies. Mais armés de détermination, nous nous dirigeons tout de même vers le Victoria Memorial, où une mauvaise surprise nous attend : nous sommes arrivés trop tard et ne pouvons pas visiter l'intérieur du monument...  Par chance, nous pouvons quand même nous promener dans le jardins et prendre quelques photos :







La nuit tombant vite, nous avons juste eu le temps de passer par le Maidan proche pour revenir à l'hôtel : c'est une sorte de grand parc au milieu de la ville où le gens vont pour se détendre, jouer au cricket ou au foot... C'est aussi le paradis des dresseurs de singes qui, pour quelques pièces, font danser leurs animaux pour vous. Attention cependant, quelques singes entreprenants décident de s'accrocher à vos jambes pour vous "convaincre" de les regarder danser...


Après un peu de repos à l'hôtel, nous sommes partis manger (sous la pluie) chez Peter Cat, un très bon restaurant de Kolkata qui mérite bien sa réputation.

S'ensuit une courte nuit : réveil à 3h du matin (aïe) pour aller à l'aéroport, arrivée à Port Blair (principale ville des îles Andaman) vers 8h. J'en profite pour faire un petit topo de la situation de ces îles :




Les îles Andaman constituent un archipel de 204 îles (très) au large de l'Inde, assez proche de la Birmanie. Le premier occidental à les avoir visité fut Marco Polo, qui remarqua que les îles étaient surtout habitées de chasseurs de têtes... Lors de l'occupation britannique, il fut construit à Port Blair le plus grand bagne politique du monde (au cours du XIXème siècle) dont je parlerais dans un prochain article.
Enfin, depuis l'indépendance, le gouvernement indien encourage largement l'immigration d'indiens du continent vers cet archipel, rendant les peuples originels des îles ultraminoritaires (à tel point qu'ils ont besoin d'être protégés pour continuer à exister...).

Retour à notre épopée : par chance, nous arrivons à avoir "rapidement" (c'est à dire après une heure de queue) des places de bateau pour aller sur Havelock, destination principale de notre voyage. Havelock est une île réputée entre autres pour ses plages permettant de faire de la plongée au tuba, dont nous avons largement profité...
Au fait je dis "par chance" car il n'y avait plus de bateau au départ de Port Blair depuis 4 jours, à cause de l'ouragan qui a ravagé la Birmanie (dont vous avez sans doute entendu parler). Heureusement, les dégâts dans l'archipel furent minimes...
Le port de Port Blair

La traversée vers Havelock

Au bout de 2h30, le bateau arrive à Havelock. Là, nous sommes (comme d'habitude) assaillis d'indiens qui nous demandent d'aller dans leurs hôtels... Un peu au hasard, nous en choisissons un : il s'avère alors qu'en guise d'hôtel, il s'agit d'un groupement de huttes en bambou au confort amélioré pour convenir aux touristes :

Notre cabane au fond du jardin


En fait, nous apprendrons plus tard que la plupart des hôtels sur l'île sont du même style que le nôtre, à part quelques constructions "en dur" aux coûts très élevés (~ 100 $ la nuit...).
En fin de compte, la hutte s'est révélée assez confortable, à part l'isolation phonique égale à zéro et le fait que je n'ai jamais pu me départir de ma peur de traverser le "plancher" (en bambou tressé, comme les murs) à chaque pas...
Pour finir la journée (mine de rien, les journées passent vite), nous sommes allés voir la plage derrière l'hôtel :



L'eau était tellement attirante que nous sommes immédiatement allés nous baigner avant que le soleil se couche... Je peux vous garantir que l'eau était exactement à la bonne température, suffisament froide pour nous rafraîchir de la température un peu excessive et suffisamment chaude pour qu'on ait plus envie d'en sortir une fois dedans ;)

Pour couronner le tout, nous nous sommes rendus compte que les repas servis par l'hôtel était plus que bons : entièrement à base de poisson (logique), ils nous ont démontré tout le savoir faire des cuisiniers indiens. Le butterfish (stromatée en français) grillé était tout simplement délicieux...

Voilà pour aujourd'hui, la suite dans les prochains jours !
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 3 mai 6 03 /05 /Mai 08:15
J'écris ce petit article histoire de faire un peu vivre ce blog et de donner quelques nouvelles (et aussi de prouver que je suis toujours en vie ;) ) :

En fait, je viens de finir ma semaine d'examens de fin de semestre, ce qui signifie (vous l'aurez deviné) que le semestre est terminé... en tout cas pour les élèves indiens, qui reprennent en septembre. Nous (les 3 pauvres français) allons rester jusqu'à fin juin pour travailler sur un projet concernant les réseaux de capteurs sans fil, en relation avec Telecom Bretagne.

Les examens se sont à peu près bien passés, bien qu'il y ait un module que je ne suis pas sûr de valider ; enfin wait & see, sur un malentendu ça peut passer...

Bref, nous allons passer une semaine de vacances bien méritée (la première depuis le début de l'année !) sur les îles Andaman près de la Birmanie, et profiter du voyage pour passer un après-midi à Calcutta... Je vous donne rendez-vous dans 8 ou 9 jours pour le compte-rendu du séjour dans ces îles paradisiaques !
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 29 mars 6 29 /03 /Mars 18:02
Afin de rompre un peu avec la monotonie des dernières semaines, nous sommes partis visiter le parc national de Manas pendant 2 jours et une nuit ce week-end. Le parc (dont le nom vient d'un affluent du Brahmapoutre) est à la base prévu pour abriter des tigres, mais ces derniers se font (très) discrets et sont donc particulièrement difficiles à voir ; heureusement, le manque de tigres a été largement compensé par la présence des éléphants, paons et autres biches.

Bref, le départ se fait de l'IIT vers 9h (soit 3 quarts d'heures après l'heure prévue, c'est la ponctualité à l'indienne) à bord d'une Tata Sumo (Tata = principal constructeur de voitures indiennes). Durée prévue du voyage : environ 3h 1/2, mais c'était sans compter sur les pauses de notre chauffeur qui avaient tendance à s'éterniser...
C'est d'ailleurs au cours d'une de ces pauses qu'un nouveau passager arrive dans la jeep : une poule (vivante) destinée au repas du soir...

Le dernier tiers du voyage nous ammène dans la campagne profonde, où les routes sont tout sauf plates et les gens vivent comme au 19ème siècle en France :



Mention spéciale pour la traversée de la rivière sans pont :


Une fois arrivés au parc, la bureaucratie indienne prend le relais : (longue) vérification des passeports, passage par plusieurs bureaux, attente... Une fois l'autorisation d'entrer obtenue, nous nous enfonçons dans le parc (nous logeons dans des bungalows au milieu de la jungle) avec notre chauffeur.

On ne voit pas grand chose (la nuit s'approche), jusqu'à ce qu'on apercoive au loin un éléphant sur la route... Et là, c'est le drame ! Il s'avère que notre chauffeur a une peur bleue des éléphants (dommage pour lui), pour une raison qui restera mystérieuse jusqu'à la fin du voyage ; il faut dire qu'il est un peu difficile de faire la conversation à quelqu'un qui ne parle qu'Hindi...

Bref, le chauffeur s'arrête, ne sait pas trop quoi faire, tente une marche arrière hasardeuse dans le sentier boueux, puis fait carrément demi-tour jusqu'à ce que nous rencontrions des gardes forestiers ; ces derniers lui disent bien sûr qu'il n'y a rien à craindre à condition de ne pas embêter la grosse bête, et d'attendre qu'il soit parti. Nous repartons donc en direction du bengalow, et là nouvel arrêt : le chauffeur annonce avoir vu une trentaine d'éléphants au loin (alors qu'il fait quasiment nuit et que les alentours sont remplis d'arbres)... En ce qui nous concerne, aucun d'entre nous ne voit (ni n'entend) le moindre pachyderme : on ne saura jamais si cette vision était le fruit de son imagination (mais on le pense très fort) ou si notre chauffeur avait des dons extralucides.

Toujours est-il que le chauffeur refuse de reprendre la route, alors qu'il fait nuit noire et qu'un orage s'approche. Par chance, une moto arrive avec à son bord 2 bhoutanais qui rentrent dans leur pays (le parc s'étend aussi sur le Bhoutan), ce qui nous permet de convaincre notre conducteur pas très courageux de repartir, à condition d'être accompagné par la moto.

Arrivés au bengalow, nous avons la surprise de voir que nous sommes juste au bord de la rivière Manas qui nous sépare du Bhoutan pile en face (en fait, on ne voit pas très bien le paysage à cause de la nuit et de l'orage, mais voici une photo prise au matin :)


Après le repas, direction dodo pour un réveil le lendemain à 5h pour la balade à dos d'éléphant. En retraversant le parc pour revenir à l'entrée, nous apercevons quelques animaux dans la brousse :



Comme diraient certains, le but du jeu : trouver Charlie

Et voici les fameux éléphants, dont le dos n'est d'ailleurs pas spécialement confortable :


Une fois la balade terminée, nous prenons un petit-déjeuner assez simple dans une habitation du village voisin (comme les autres "maisons", c'est une sorte de hutte essentiellement faite en bambous).


Comme je l'ai dit plus haut, le parc est à cheval sur l'Inde et le Bhoutan ; les frontières n'étant pas surveillées, nous en profitons donc pour faire une petite escapade au Bhoutan (en toute illégalité puisque nous n'avons pas de visa :D ), de quelques centaines de mètres seulement :



 Et c'est déjà la fin du séjour... On déjeune rapidement avant de reprendre la route vers Guwahati (il reste encore du poulet de la veille), ci-dessous quelques photos du retour :




Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mardi 4 mars 2 04 /03 /Mars 12:56
Une fois les examens de la semaine dernière passés, un petit week-end de détente en excursion à Shillong et Cherrapunjee n'était pas de trop. Shillong est une ancienne "station de montagne" prisée des anglais à l'époque du Raj, que tous les indiens que nous avons rencontré nous ont conseillé. Quant à Cherrapunjee, il s'agit ni plus ni moins que de la ville la plus pluvieuse du monde (c'est se dont se vantent ses habitants en tout cas)...

Toujours est-il que nous sommes partis le vendredi , juste après avoir (enfin) reçu un papier qui s'apparente plus ou moins à un titre de séjour (pour être tout à fait honnête, on ne sait pas trop à quoi ce papier sert, on sait juste qu'il est obligatoire... L'administration indienne est décidément pleine de mystères exotiques). Après 3 heures de voyage en taxi, nous arrivons alors qu'il fait déjà nuit et nous choisissons rapidement un hôtel.
Une fois la nuit passée (nuit un peu rude d'ailleurs, notre chambre était juste en-dessous de la boite de nuit de l'hôtel), nous explorons Shillong :

undefined
undefined
undefined
Après un bon repas dans un restaurant du centre ville, nous prenons un taxi pour faire le tour de la ville et visiter les sites intéressants :

- Shillong Peak, qui offre une vue panoramique sur la ville :

undefined
- Elephant Falls, qui était malheureusement en partie fermé au public ; nous n'avons donc pu voir qu'une seule chute d'eau :

Photo-015.jpg
- L'église catholique :

Photo-023-copie-1.jpg

- Et plusieurs autres trucs moins intéressants (zoo, lac).

Le chauffeur nous offrant un tarif compétitif (en plus il était sympa), nous partons avec lui tout de suite à Cherrapunjee, ou plutôt à l'hôtel "Holiday Resort" (à une quinzaine de kilomètres de la ville). Rendus là-bas, on a vraiment l'impression d'être au bout du monde : l'hôtel est perdu dans la jungle montagneuse, à quelques kilomètres du Bangladesh ; on y accède par une vieille route à moitié défoncée (mais en cours de réfection) entre des falaises... Il est donc surprenant de constater à notre arrivée que l'hôtel est bien tenu, assez luxueux compte tenu des critères indiens ; il y a même accès à Internet, c'est Byzance !

Enfin bref, nous partons dimanche à 8h pour une petite randonnée, à la recherche des ponts en racines vivantes et de la "piscine" alimentée par les torrents :

Photo-037.jpg Indiana Jones n'est pas très loin...

00086.jpg

La partie la plus éprouvante (surtout pour moi) de cette randonnée consiste en un long (très long) escalier, sur un dénivelé de 500-600 m, fait pour moitié de marches en béton et pour l'autre moitié de marches en pierres pas toujours très stables... 00061.jpg

00062.jpg
Le truc marrant c'est les canalisations en bambou pour acheminer l'eau depuis le haut de la montagne, on se demande par quel miracle ça peut tenir :

Photo-035-copie-1.jpg
Sinon, il y a aussi le double bridge, assez spectaculaire :

00093.jpg

Et on termine par la jolie Maruti de notre guide, typiquement indienne à l'intérieur mais vaguement anglaise à l'extérieur, qui nous a permis de revenir en toute sérénité à Shillong alors que nous étions bien fatigués :

00114.jpg
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 22 février 5 22 /02 /Fév 15:42
Cet après-midi nous sommes allés en ville pour faire quelques achats et tenter d'obtenir un papier de la part de l'administration indienne (ce qui fut d'ailleurs un échec, l'administration étant assez... complexe on va dire). J'en ai profité pour faire 2 - 3 photos, les rues étaient assez calmes :

Photo-006.jpg (En bas à gauche un auto-rickshaw)

Photo-007-copie-1.jpg

Photo-008.jpg

Tant qu'on y est, je vais en profiter pour parler des animaux du campus (aucun lien avec les photos ci-dessus, ça me passe juste par la tête et j'essaie de remplir ce billet comme je peux :) ) ; alors en vrac il y a : des chèvres, des chiens (toujours en train de dormir), des vaches bien sûr (et les taureaux qui vont avec), quelques chats assez discrets et divers volatiles que je ne saurai identifier, mais qui ont un cri très fort et désagréable (surtout à 6h du matin devant la fenêtre...). Il paraît aussi qu'il y a des serpents qui trainent dans le coin mais je n'en ai pas encore vu...

Les animaux sont totalement libre d'aller et venir à condition de ne pas gêner la circulation. De toute façon, ils savent se tenir à carreau et restent généralement sur le côté de la route (même les vaches)... Ceci dit il m'est déjà arrivé de marcher tranquillement sur la route et de voir surgir devant moi un taureau sortant des herbes hautes, c'est assez surprenant la première fois (et ça fait un peu peur)...

Malheureusement je n'ai jamais mon appareil photo sur moi quand il y a des vaches sur la route, mais en compensation j'ai une photo de chèvre et de la chouette qui a pris ses habitudes sur la toiture juste en-dessous de ma chambre :

Photo-002.jpg
Photo-068.jpg
Voilà, désolé pour le manque de messages ces derniers temps mais je suis en pleines révisions pour mes examens de mi-semestre la semaine prochaine (déjà...). Nous avons prévu d'aller faire une virée du côté de Shillong le week-end prochain, je reposterai sans doute pas longtemps après. En attendant, bonnes vacances à ceux qui sont en vacances (les chanceux) et euh... bon courage aux autres !
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 11 février 1 11 /02 /Fév 12:42
Après une longue semaine d'absence, revoilà quelques nouvelles du front : de vendredi à dimanche dernier, nous sommes allés visiter Darjeeling, ville de montagne bien connue pour ses plantations de thé.

Mais commencons par le commencement : nous sommes partis jeudi soir en train de nuit vers New Jalpaiguri, ce qui nous a permis d'expérimenter les trajets en train. Le voyage a été assez confortable, bien que bruyant, mais il faut dire qu'on était en 2ème classe (qui est loin d'être la pire, celle où les gens voyagent sur des banquettes en bois et où les wagons n'ont pas de vitres mais des barreaux à la place). Enfin bref, nous arrivons à New Jalpaiguri à 6h du matin ; là, nous faisons face à un dilemme : faut-il attendre 9h et prendre le "Toy Train" (sorte de train diesel qui monte à Darjeeling en 8h), ou vaut-il mieux prendre une jeep qui nous ammènerait à destination en 2h30 ? Nous choisissons finalement la deuxième option : en sortant de la gare, nous sommes assaillis par des chauffeurs qui veulent tous nous ammener à Darjeeling. En fin de compte, nous prenons un taxi (dont le chauffeur est très souriant) prêt à nous emmener pour 900 roupies (18 €...) à Darjeeling.

Le voyage est chaotique mais spectaculaire : nous longeons d'abord quelques plantations de thé avant de grimper dans la montagne, sur une route qui a fait son temps et qui passe juste à côté de précipices impressionants...

Photo-005.jpg Plantations de thé près de Siliguri (à quelques km de la gare)


Photo-023.jpg
Photo-019.jpg Doucement, on sent que l'Himalaya se rapproche

Nous faisons une petite pause à Kurseong (prononcer Karshang) pour déguster nos premiers momos (beignets frits contenant généralement des légumes, dont pas mal d'oignons), plat typique de la région et du Népal.

Une fois le ventre rempli, Darjeeling arrive rapidement : on se rend tout de suite compte de la différence de température avec la vallée, on doit avoisiner les 5 °C... Les vêtements chauds sont de rigueur !
Armés du guide Lonely Planet, nous trouvons rapidement un hôtel confortable à prix modique (2600 Rs pour 3 personnes et pour 2 nuits, soit environ 9 € par personne et par nuit...) ; seul "petit" problème, il n'est pas chauffé, mais les couvertures mises à disposition font oublier ce désagrément. Pour information, il s'agit du Dekeling Hotel, situé tout près de la principale rue de Darjeeling (un peu de pub ne nuit pas :) ).

La question du logement réglé, et après un petit thé d'acceuil offert par l'hôtel, nous partons immédiatement en exploration dans la ville ; voici quelques photos de Darjeeling dans toute sa splendeur :

Photo-031-copie-1.jpg
Photo-050.jpg
Photo-104.jpg
Nous vistons ensuite le jardin botanique de la ville (les Lloyd Botanical Gardens), havre de paix isolé de l'agitation de la ville ; nous enchaînons avec la visite d'un temple mi-bouddhique (avec plein de drapeaux de prières colorés) mi-hindouiste (peintures de dieux hindoux) :

Photo-041-copie-1.jpg Photo-045.jpg

Mais... Attention aux singes qui peuvent vous voler vos chaussures ! (il faut se déchausser avant d'entrer dans le temple.) Ceci dit, les singes n'étaient pas si méchants que ça !

Photo-039.jpg Photo-042.jpg

Le soir, nous avons mangé tibétain : en fait, nous avons commandé des plats un peu au hasard sur la carte, et on a mangé ce qui nous a été servi comme on a pu (le serveur nous regardait d'un drôle d'oeil...). Au menu : une sorte de soupe de pâtes et de légumes bien épicée, et du pain tibétain plutôt bourratif servi brûlant.

Le lendemain, réveil à 4h45 pour aller voir le lever du soleil sur l'Himalaya à Tiger Hill : la vue est magnifique mais il faut braver le vent glacial pour en profiter...

Photo-069.jpg On peut voir le Khangchendzonga, 3ème plus haut sommet au monde (8585 m), teinté d'orange par le soleil levant

Photo-074.jpg
Une mer de brume noie tout ce qui se trouve en-dessous de 2000 m d'altitude

Grâçe à notre chauffeur, nous avons enchaîné la matinée en visitant pas mal de temples bouddhistes :

Photo-076.jpg
Photo-079.jpg Le Samten Choling Gompa, extérieur et intérieur

Photo-094.jpg Le Druk Sangak Choling Gompa, où vivent et étudient 300 moines

Après ces temples, un petit déjeuner bien mérité nous attendait à l'hôtel ; nous sommes ensuite allés visiter une plantation de thé, dans l'espoir de pouvoir visiter l'usine qui sèche les feuilles de thé. Cette dernière étant en rénovation, nous nous sommes contentés de voir les champs et surtout de discuter avec une professionnelle du thé, qui nous a tout expliqué sur la cueillette du thé et sa cuisson. En prime, on lui a acheté quelques boites de ce qu'elle dit être le meilleur thé de Darjeeling, le "Super Fine Tippy Golden Flowery Orange Piko 1" (rien que ça) ! IMG_3686.jpg Photo-109.jpg La route est longue jusqu'aux plantations de thé...

Photo-111.jpg La plantation "Happy Valley"
Pour occuper notre après-midi, nous avons marché jusqu'à une pagode bouddhiste japonaise, puis un temple bouddhiste (le Bhutia Busty Gompa), où se trouve l'original du Bardo Thödol (Livre des morts), le livre sacré pour les tibétains.

Photo-115.jpg Japanese Peace Pagoda

Photo-147.jpg
Photo-151.jpg Le Bhutia Busty Gompa

Ceci étant fait, nous rentrons à l'hôtel pour une nuit de sommeil bien méritée. Petite anecdote : pour dîner, nous sommes allés au restaurant en nous lâchant complètement sur les plats, en commandant pas mal de trucs assez chers, y compris des boissons (Coca Cola,...) qui sont habituellement hors de prix dans restaurant. Au final, la note était effectivement beaucoup plus salée que d'habitude : 500 Rs et des poussières... soit environ 3,30 € par personne ! Et pourtant, c'était un resto plutôt luxueux par rapport aux autres...

Le lendemain (dimanche), départ à 7h de l'hôtel pour retourner (en Jeep version mastodonte) à la gare de New Jalpaiguri, où nous prenons le Rajdahni Express (parmi les meilleurs trains en Inde) en 3ème classe, ce qui reste très correct : au total, 2 repas nous auront été offerts durant le voyage. Bon ok, c'était du niveau nourriture d'avion, sauf que c'était à volonté...

Au final, ce week-end reste assez mémorable au vu de toutes les bonnes surprises que nous avons eu au cours du voyage et de notre séjour ; d'autres week-end découverte auront sans doute lieu (on a pas mal d'idées de destination), mais seulement après les partiels de milieu de semestre qui arrivent à la fin du mois (déjà...).

En attendant... alvida ! (au revoir en hindi !)
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 30 janvier 3 30 /01 /Jan 16:44
Cet après-midi nous sommes allés à Guwahati (en bus), pour  acheter des billets de train pour Darjeeling. Ca me fait donc une bonne occasion de parler un peu de la ville de Guwahati, ou du moins de ce que j'en ai vu ; désolé du manque de photos, mais je vais attendre une prochaine sortie en ville pour me rattraper :)

Parlons rapidement du bus : en fait, il n'y a pas grand chose à dire. Un bus spécial fait le tour du campus, puis nous ammène droit à Guwahati, dans le quartier de Panbazar (quartier marchand). Durée du trajet : environ 45 minutes. Le trajet n'est pas trop inconfortable, vu que le bus, bien que bien rempli, n'est jamais vraiment bondé ; on a donc généralement une place assise (mais qu'est-ce qu'on est serré !).

La conduite est égale à elle-même : toute en klaxons et dépassements intempestifs, mais on commence à s'habituer...
Photo-025-copie-1.jpg  
Comme je l'ai dit, la route est assez longue ; pendant une bonne partie du trajet, on peut voir des petites boutiques le long de la route, qui vendent de tout et n'importe quoi. Ceci dit, ça ne respire pas le luxe...

C'est d'ailleurs ce qu'on se dit une fois arrivés à Guwahati. C'est lorsqu'on marche dans la rue qu'on sent vraiment le choc culturel : bruit, pollution, foule, odeurs... Tous les sens sont stimulés par cette sortie.
La première chose à laquelle on apprend à faire attention, c'est les trottoirs. En fait, il s'agit de blocs de bétons posés par-dessus ce qui me semble être des égouts : non seulement ce n'est pas toujours uniforme (on a parfois l'impression que les blocs ont étés jetés plus que posés), mais surtout il y a des trous dans certains blocs (voire des blocs manquants) ! Donc si on ne regarde pas où on marche, on a vite fait de passer la jambe à travers le trottoir (ce qui serait quand même dommage).

Bien sûr, on pourrait ne pas marcher sur le trottoir. On pourrait... Mais on évite. D'abord à cause de la circulation, qui oblige le non-habitué à avoir des yeux tout autour de la tête ; et aussi parce que le caniveau est rempli de "choses" pas toujours identifiables...

J'ai aussi appris que quand on va en ville, il est préférable d'avoir avec soi un indien pour guider, et surtout pour aider à traverser. Ca a l'air bête comme ça, mais traverser une rue de Guwahati (ou de n'importe quelle autre ville indienne) quand on n'est pas habitué, ça relève de l'exploit suicidaire... Plein de véhicules arrivent dans tous les sens, de toutes les tailles et de tous les poids, généralement assez rapidement. Il y a bien des agents pour régler la circulation, mais ils servent plus à la décoration qu'à autre chose.

En fin de compte, on s'apercoit assez rapidement que se balader en ville, c'est un défi de chaque instant : heureusement que les gens sont plutôt sympas (enfin... pas systématiquement) et qu'on trouve plein de boutiques pour acheter ce tout qu'on veut, à prix modique !

Photo-030.jpg
Par Alex
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Recherche

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recommander

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus